Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

MASQUE OU LE JOURNAL D'ANNE-SOPHIE

   

RETOUR A LA LISTE

 

 

couverture.jpg

L’HISTOIRE :

Il s'agit du parcours initiatique d’une jeune fille, protégée jusque là et qui doit faire face aux conséquences de l'enlèvement de son père par les FARC en Colombie. On la retrouve au Gabon, au Tchad et au Venezuela. …….

Une belle histoire d'amour. Un hymne à la liberté.

 

DES MOTS QUI RYTHMENT LA VIE DES FAMILLES D’OTAGES,

CES MOTS QUI RYTHMENT LE PARCOURS INITIATIQUE D’ANNE-SOPHIE :

Abominable – Angoisse – Bassesse – Colère – Consternation – Dégoûtée – Douleur – Drame – Déprime – Détresse – Désespoir – Frustration – Horrifiée – Larmes – Malheureuse – Morosité – Souffrance - Triste

Affection – Amour – Bonheurs - Douceur et sérénité – Emotions Humanité – Libération – Liberté

CES MOTS SONT DANS MON LIVRE, chacun à sa place.

 

EXTRAIT :

 Jean-François avait été kidnappé par une faction colombienne. Anne-Sophie était rentrée seule à Sceaux.

 « A peine arrivée à la maison elle avait souhaité aller s’étendre…………. Ne sachant plus trop où elle se trouvait, elle avait été  réveillée en sursaut, humide de sueur,  victime d’un cauchemar. Des monstres hideux, à têtes d’hommes vulgaires, très violents, se délectaient de la chair de son père, encore vivant, qui l’implorait. Un magnifique loup à crinière la priait de partir et s’arc-boutait pour la pousser, gentiment, afin de la sortir de cette scène mais elle n’avait plus de force ni pour venir au secours de son père ni pour se sauver. »

 

ANNE-SOPHIE EST AU GAGONEXTRAIT N° 2 :

"

Jeudi 03 mai 2001 – 24 heures.

 Ce soir j’ai appris la nuit.

Que ce soit dans la région parisienne ou à La Rochelle ou même à Ibiza ou à Marrakech, le halot lumineux (Tante Laure dirait : La pollution lumineuse des agglomérations) empêche de profiter pleinement de la nuit, d’observer les étoiles, d’entrevoir la lueur de la lune courir sur la campagne au rythme du déplacement des nuages poussés par le vent.

 A demi-allongée dans un profond fauteuil en bambou, j’ai appris la nuit, le noir enveloppant, inquiétant mais splendide, le scintillement des étoiles. J’ai fait un vœu. J’ai vu une étoile filante, enfin je crois.

 J'aime la vraie nuit.

 La nuit m’a permis de cacher un peu de tristesse. Il y a même eu une larme. Aujourd’hui j’ai eu vingt ans et personne ne m’a souhaité un bon anniversaire. De la part de Papa, cela ne m’étonne pas. C’était Maman qui lui rappelait les dates. Mais je suis surprise que Tante Laure qui prépare son agenda des fêtes et anniversaires à souhaiter en début d’année ne m’ait  pas appelée.

 Cette nuit exceptionnelle est mon cadeau."



 

EVALUATIONS :

« J'attends, impatiemment, le deuxième livre "commis" selon l'expression de l'auteur.

Ce que je pense du premier :

- Très bien écrit. - Style alerte, précis, riche.- Cartes utiles et appréciées : pas besoin d'atlas ! - Documentation et vécu se complètent à merveille. - Découverte pour moi des différents groupes rebelles de la Colombie. J'ai particulièrement apprécié la partie Tchad et Gabon. 

Pour terminer, j'ai beaucoup aimé les citations judicieuses en tête de chaque période. 

Je souhaite beaucoup de succès au MASQUE. »

 (Gisèle)

 

« J'ai été très touchée par les pages 36/37/38 concernant la transaction du masque Punu. Émouvante défense de l'Art d'Afrique, longtemps comme tout art non occidental, qualifié de "primitif". Touchée aussi par les personnalités si différentes des deux sœurs, par l'analyse fine et toute de délicatesse de leur réaction par rapport à la mort de leur mère, puis par rapport à l'enlèvement de leur père. 

Je me suis longuement arrêtée et ai plusieurs fois relu, p 103, la philosophie de la lenteur de Manuel. Philosophie que j'aimerais pouvoir mettre en pratique. 

"Hier est fini, demain est un autre jour".  

La lecture de ce livre m'a permis de m'évader et de laisser de côté mes angoisses. Merci.« 

(Hélène)

 

« Cet ouvrage captivant nous a fort intéressés tant par la personnalité de ses héros que par le sujet, malheureusement d’actualité. »

(Gérard et Jacqueline)

 

« Ce roman traite d’un sujet grave. Il est écrit de manière  plaisante accessible à tout public », a apprécié Catherine.